Paris Web : THE place to be !

Cette année, grand cru, j’ai pu découvrir Paris Web pour la première fois. Un peu comme Christophe Colomb découvrant l’Amérique. A peu près.

Je ne vous cache pas [SPOILER] que c’était absolument génial. Un résumé s’impose donc pour partager avec vous cette belle expérience.

Moi, juste avant de partir…

Nous partîmes à 3. Trois filles, fières représentantes de la Source : une chargée de projet (moi), une graphiste (Sophie) et une développeuse/intégratrice (Justine). Impatience avant le départ, joie du voyage avec les collègues (Lyon-Paris, les joies de la SNCF et du métro parisien…), tout allait plutôt bien. Sauf Sophie qui luttait contre une belle grippe, et heu… ah oui : l’heure du réveil pique un peu ! Mais qu’à cela ne tienne, nous sommes prêtes dans les temps, trouvons notre chemin sans soucis dans le labyrinthe des métros parisiens et arrivons sans encombre au Beffroi de Montrouge, où a lieu Paris Web cette année.

Etant donné que l’article serait beaucoup trop long si je vous détaillais toutes les conférences auxquelles j’ai assisté, je vais me contenter de vous en citer quelques unes, qui m’ont marqué pour différentes raisons.

Conférence d’ouverture

On commence fort avec une conférence théâtrale de Elie Sloïm et Nicolas Hoffmann : « Qualité Web : l’heure de passer à la caisse » .

Nos deux conférenciers ont choisi de nous jouer une réunion entre un chef de projet et son patron, une fois le projet terminé. Au fur et à mesure que le dialogue s’installe entre eux deux, l’assemblée découvre les étapes du projet, son déroulé, ses péripéties et comment le chef de projet a géré chaque situation. De telle sorte qu’on est forcément amené à réfléchir sur notre propre façon de faire, à se dire que ce type de situation nous arrive à tous et… « Tiens ? Il a géré ça comme ça ? Bizarre, moi, je n’aurais pas fait comme ça… »

Puis viens l’analyse avec quelques slides, et une explication très claire des choses à éviter, des aspects à valoriser… Je vous laisserai aller voir cette belle conférence vous-même, mais voici déjà 2 notes essentielles à retenir :

  1. On fait bien attention au choix du vocabulaire employé. Le client et l’agence n’ont pas forcément les mêmes habitudes de vocabulaire, et il vaut mieux bien se comprendre dès le début, notamment au moment de définir le périmètre du projet, pour ne pas donner lieu à de futurs quiproquos.
  2. On communique auprès du client. Il est important, que dis-je, primordial, de faire comprendre que « qualité = temps = coût ».

« L’amertume de la mauvaise qualité reste bien plus longtemps que la douceur du bas coût »

Les « mini-confs » qui font du bien

A Paris Web, on booste aussi notre moral avec quelques conférences qui sont juste là pour te donner une grande claque dans le dos et te pousser plus loin. On prend confiance en soi, on repart avec un moral gonflé à bloc et des projets de conquête du monde jusqu’au prochain Paris Web !

1ère conférence magique : « Intitulés de poste : bas les masques ! »

Goulven Champenois nous pousse à explorer nos capacités au-delà de nos étiquettes de poste. Ce n’est pas parce que ma carte de visite dit « Chef de projet » que je suis obligée d’être cantonnée à ça. Je peux faire de l’intégration, du design, autre chose n’ayant rien à voir… tant que ça me plait, tant que je m’épanouis dedans !

Une petite phrase à retenir :

« Vous ne méritez pas un bon boulot.

Vous le créez. »

2ème conférence magique : « Le Burn-out et comment on l’évite« .

Stéphane Deschamps nous parle d’un sujet sensible, qui peut tous nous toucher un jour ou l’autre. La salle est comble, et on finit même par refuser du monde : plus une seule place de libre. Le sujet intéresse tout le monde.

Stéphane met tout le monde à l’aise avec quelques blagues, puis nous raconte sa propre expérience. La conférence est courte, allez la voir. Je vous donne les quelques petites phrases qui m’ont marqué :

« Le premier sujet auquel vous devez porter attention, c’est vous ».

« La première cause du burnout, c’est vous. Alors arrêtez de vous mettre la pression tout seul, et parlez-en AVANT ! »

Avec le stress, la fatigue, la surcharge, on entre dans un cercle vicieux : je suis fatiguée, donc je code moins bien, donc je passe du temps à faire des modifs, donc je suis fatiguée, donc… Alors le plus important, c’est d’en parler, de le dire : « Voilà, j’en peux plus ». « Ce n’est pas un signe de faiblesse, mais de fiabilité ». C’est ce qui permettra au projet de continuer à avancer et à bien se dérouler. On s’organise et c’est normal. Ce n’est pas à vous de tout porter sur vos épaules.

La conférence éthique

Et dernière conférence dont je vous parlerai, mais non des moindres : « Petits secrets entre amis : les acteurs du web doivent-il prêter serment ? » , par Jean-Philippe Simonnet.

Ce qu’il faut retenir de cette conférence est, on s’en doute, sa conclusion : le « Serment du Beffroi de Montrouge » , à découvrir sur le site dédié (et fait pour l’occasion, en quelques jours après la conférence !). Ce serment a pour but de protéger les données personnelles dont nous avons connsaissance, et valoriser un web libre et ouvert… Beau programme, non ?

Instant solennel

Conclusion

Il y aurait encore beaucoup de choses à dire sur les nombreuses autres conférences passionnantes auxquelles j’ai assisté, et je vous invite vivement à faire un tour sur le site de Paris-Web.fr pour découvrir les replay des conférences. Pour en savoir plus sur l’impact écologique des TIC, entendre le super retour d’expérience de Jean-Loup Yu de Meetic, et bien d’autres.

J’espère que ça vous aura donné envie de nous rejoindre sur l’édition de l’année prochaine !! Nous, on est regonflées à bloc pour plein de nouveaux projets !!

Le monde nous attend ! #motivation

 

 

Un commentaire

  1. Je ressors néanmoins de ce billet avec en tête l’air de la Reine des Neiges encore une fois.

    Merci pour ce moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *